M L

{Anna Tomaszewski} Reflets, coïncidence.

Muriel Leray
2015

About Anna Tomaszewski
www.annatomaszewski.com

At the occasion of Reflets, coïncidence.
Muriel Leray, Anna Tomaszewski duo show
Escougnou-Cetraro gallery, Paris

Les formes des objets qu’Anna réalise, moyenne des années qu’a la nature à les inventer, les trouver maintenant sous les halogènes, seront présents et en effet : voilà des rassemblements.

Mais il ne s’agit pas toujours de les nommer. Ils perdent de leur centre, de leur commun, à mesure que les distances se modifient dans un lieu. Et celui-ci devient nouveau selon la constitution du groupe des usagers, les différents signes nous mènent aux besoins de bifurcation, d’instabilités, à cette conscience-là, « la flexibilité des formes naturelles ».

Un écart s’est révélé, ses astreintes et ce qu’elles ajoutent, un reflet est un socle, des événements de biais qui ne parvenaient au paysage sédentaire ont désormais fait rêver, gouverné ses démarches nécessaires, isolées non seulement les regards, selon si vous ne pouvez que les derniers termes.

Vous êtes témoins, un processus peut s’engager dans une série de réfugiés à la texture et à l’extérieur des choses. Un fil en tension est en partie devenir un souffle, ce qui est alors lecture pour un œil. À surveiller la représentation de faits et gestes irrésolus, on voit rien qu’une spontanéité, plutôt centrale. Mais elle est une sculpture, est infiniment un fragile mélange, vient égarer.

Puis de suggérer, réservée à cet effet, la création d’une nature de choses qui ne pouvaient exister ailleurs, prélevée pour son relief et son fond, le suspendu se qualifiant, parvient à tirer des directions en vue de son énergie. Les points d’attache en exemples.

Aussi la réserve, une ombre, afin de ne plus et le nombre des alliances sur un angle vide ont laissé un ensemble de crayonnés, des plans. On ne se figure pas la fin des années de perspective.

Ce qui contraignit les yeux, assez faciles à bouger, à réévaluer le pourcentage de leur croyance. Les spectateurs étaient alors disséminés ; cette mesure est justifiée. Les pas de côtés ont fait dans son œuvre une marge sans réel, avec la nécessité de ne plus souvent préjuger des surfaces.

Les images fragiles sont celles des mises en espace, avec lesquelles le vent montait. Les pierres, un sol balayé et une couleur ont démontré l’affaire. En moins gouverné par des lignes de force, c’est une organisation Cézanne, dans le même temps diffuse et découpée. Pendant que nous les avons laissées s’insérer où élevait ce jour ici, fin de la trouver.

Les extensions des objets vont prendre des contours. Toutes les décisions se sont métamorphosées avec pour conséquence une seule une petite densité, sur le modèle du rêve ; s’est fait apparaître, filial, paradoxal, le morceau d’un monde immobile.

MLeray_ATomaszewski_Reflets-coincidence_2015
Reflets, coïncidence.
exhibition view, 2015
Muriel Leray, Anna Tomaszewski
Escougnou-Cetraro gallery, Paris